06
Tue, Dec
6 New Articles

La coordonnatrice nationale de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) n’oubliera pas de sitôt la cérémonie d’ouverture de la cinquième édition de l’université républicaine de la convergence des jeunesses républicaines (Cojer), tenue ce samedi 3 décembre, à Saly Portudal. En effet, malgré les devants qu’elle aurait pris en réservant une place particulière à son supposé «ennemi», le ministre de la Jeunesse, Mame Mbaye Niang, au point de designer ce dernier pour remettre à sa place, le cadeau de la jeunesse au couple présidentiel, Thérèse Faye Diouf a été copieusement huée tout au long de cette cérémonie par une partie des jeunes.

«Il nous faut une autorité indépendante pour l’organisation des élections au Sénégal. On ne peut quand même pas faire moins que la Gambie», fait remarquer le coordonnateur de Mankoo Wattu Senegaal, Malick Gakou, dans un entretien publié dans La Tribune, ce lundi.

Ceux qui espèrent des déclarations fracassantes, quelques détails sur les procédures en cours, ne pourront pas compter sur la nouvelle présidente de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), Seynabou Ndiaye Diakhaté. À la différence de son prédécesseur, Nafi Ngom Keïta, elle préfère rester à cheval sur l’obligation de réserve que lui impose sa mission et à l’écart des projecteurs.

Quatre jours après la décision de François Hollande de ne pas briguer un second mandat, Manuel Valls se prépare à annoncer sa candidature à la primaire de la gauche, en vue de la présidentielle, lundi à 18h30 depuis son fief d’Évry.

Le Bureau exécutif de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), a lancé une dernière fois, un nouveau signal aux députés appelés à siéger aujourd’hui, en leur demandant de ne pas endosser cette responsabilité consistant à avaliser une réforme foncièrement injuste qui serait de nature à exacerber le malaise déjà profond dans la justice. Entouré de ses collègues, Maguette Diop, président de l’Ums, dans sa volonté d'éclairer la lanterne des Sénégalais a souligné l’impopularité de ce projet qui, dit-il, ne concerne que 18 magistrats sur les 500, environ. Mais, qui risquerait de diviser la magistrature en deux blocs.

Le populeux quartier de Grand-Yoff est secoué par une histoire de meurtre. Alfred, un adolescent d’une quinzaine d’années a été tué par son ami, Benoît ce lundi soir, après une banale dispute.

Advertisement

Yahya Jammeh n'était pas prêt à accepter sa défaite face à Adama Barrow. Le soir de l'élection au moment où se dégageaient les premières tendances qui le mettaient largement vaincu, le tombeur de Daouda Kaïraba Diawara a réuni autour de lui, son Etat-Major à savoir son fils et ses plus fidèles collaborateurs.

Ce vendredi 18 novembre 2016 à Marrakech, les négociateurs de près de 190 pays mettent un point final à la 22e conférence de l'ONU sur le climat (COP22). Malgré l'incertitude créée par l'élection aux Etats-Unis du climatosceptique Donald Trump, cette réunion est censée permettre d'avancer dans l'application de l'accord de Paris. Quel bilan en tirer ? Que retiendra-t-on de la réunion ?

En Grèce, des engins incendiaires ont été lancés dans la nuit de jeudi 17 à vendredi 18 novembre sur un camp de migrants de Chios. Deux volontaires ont également été agressés lors de la deuxième nuit consécutive d'incidents sur cette île où s'entassent migrants et réfugiés, selon l’agence de presse grecque Ana.

L’ultime débat télévisé de la primaire de la droite pour la présidentielle française jeudi soir 17 novembre n'a pas tenu ses promesses à trois jours du premier tour : un débat touffu, parfois confus, une réponse indignée de Nicolas Sarkozy sur les affaires judiciaires, et trois favoris qui évitent de s'attaquer frontalement.

Alors que Donald Trump prépare son gouvernement, les démocrates sont en pleine introspection sur leur défaite du 8 novembre. Une réflexion qui entraîne une rébellion dans la base. Des élus, surtout les plus jeunes, demandent un renouvellement des cadres, et une clarification de la ligne politique.

En Côte d'Ivoire, des affrontements ont opposé jeunes et forces de l'ordre dans la nuit du 16 au 17 novembre à Yamoussoukro. Des violences suscitées par la mort accidentelle d'un jeune homme lors de son arrestation et qui interviennent après plusieurs actes similaires ces dernières semaines dans d'autres villes du pays.

Advertisement